Tuesday, May 27, 2008

Petite mise à jour

Je n'ai pas pris le temps de parler de cette soirée au théâtre du Châtelet organisée par le pétillant Jean François Zygel .
C'était le 17 MAI , étaient présents
Antoine Hervé, Philippe Berrod, Joël Grare, Jean-Charles Richard, Louis Moutin, Thomas Bloch, Pierre Mancinelli, Johnny Rasse, Jean Boucault, Jean-Philippe Le Trévou, Daniel Yvinec, Médéric Collignon et le Vallégant Noz Unit.
Difficile d'imaginer quelques heures auparavant que cette affaire aller se dérouler de façon aussi fluide et enthousiasmante.
Tout d'abord …Un très bel endroit , où je n'avais pas mis les pieds depuis un bon moment , je crois que c'était pour y entendre l'ensemble de Steve Reich …
Une belle jauge , comme on dit assez peu élégamment …Aux alentours de 2200 pékins .
Eh bien , ils étaient tous au rendez-vous, un public curieux probablement boosté aux escapades évangélistes de ce pédagogue- improvisateur, à lunettes, hors pair – j'imagine critiqué par quelques dentiers grinçants qui aimeraient que la musique savante reste emmuré dans la naphtaline des armoires de leurs salons cossus …
Les nouvelles de cette soirée =
2000 personnes ont assisté avec ferveur à un moment de musique assez abstrait il faut bien le dire , en mode d'improvisation totale, le genre de truc qu'on croit fait pour ennuyer tout le monde …Et pourtant…
La musique n'a ni été dans le sens d'une esthétique précise , ni dictée par les réflexes des Jazzmen présent ni par l'hystérie improvisatrice (cris, bruits de clés d'instrument,interaction obligatoire de bon aloi …) que peut générer la présence d'un public à conquérir.
Chacun a pris le temps d'écouter l'autre, de laisser l'espace trouver sa petite niche , de ne pas montrer ce que l'on sait faire , ni à quelle diaspora musicale on croit appartenir.
Entre les passages sur le plateau du théâtre, nous sommes allés chacun notre tour bricoler à droite à gauche , qui sur la mezzanine , qui sur la terrasse , qui dans les salons et foyers de cet endroit chargé d'histoire ,
La morale de l'histoire, justement :
On peut intéresser à des choses qui semblent invendables , abstraites à un public de curieux , si la musique est dispensée avec générosité , avec un haut niveau d'exigence, par des musiciens qui semblent avoir résolu leurs problèmes d'ego et mise en forme sans laisser sur le bas-côté les curieux pas nécessairement spécialistes , qui finalement , sont nos meilleurs amis